Skip to content

La crème des professeurs!

15 octobre 2008
J’ai récemment pris conscience que je fréquentais actuellement la meilleure école au monde avec la crème des professeurs. À mon école de maman-à-la-maison, je développe des ressources très appréciables qui font de moi une meilleure personne.

Entre autres, mes petits professeurs m’enseignent à pratiquer ma patience, à me forger une créativité à toute épreuve et à agir, en tout temps, avec douceur. Lorsqu’il est cinq heure, que je dois préparer le souper, que mon professeur de cinq ans veut me montrer ses beaux dessins qu’il rapporte de la maternelle, qu’il me dit qu’il a faim, que mon professeur de deux ans et demi veut du lait, veut se faire prendre, veut jouer au ballon avec moi, a envie de pipi (tout ça en même temps!) pendant que l’autre professeur de deux mois a décidé de faire des tétées groupées (c’est-à-dire qu’elle hurle si on l’enlève du sein nourricier), je vous assure que c’est l’occasion idéale pour mettre en pratique ce que j’ai appris!

Avec patience, douceur et beaucoup de créativité, j’arrive, tant bien que mal, à réussir ces petits examens-éclairs que mes professeurs s’amusent à parsemer couramment dans mes journées…

Le fait de côtoyer quotidiennement ces trois charmants professeurs m’a également fait comprendre que nous, chers adultes, prenons trop souvent les choses au sérieux et que nous nous en faisons généralement avec des détails. Leurs contacts m’aide à moins m’en faire avec tout et rien… L’automobiliste devant moi ne roule pas assez vite? Pas grave! Je regarde dans le rétroviseur arrière et je lance: «Regardez mes amours comme il fait beau dehors! Les feuilles changent de couleurs! C’est magnifiiiiques!».

Grâce à mes formateurs, j’ai incontestablement retrouvé la légèreté de vivre que j’éprouvais enfant. Avoir l’immense privilège de prendre part à leur quotidien, d’être le témoin aux premières loges de leurs ébats de vie a grandement contribué à m’aider à lâcher prise sur les évènements et à chercher à entourer ma famille de moments joyeux et positifs; pas toujours facile à faire mais je vous jure que j’essaie de tout mon cœur!

Vivre avec mes petits enseignants m’apprend aussi à définir mes priorités. En effet, avec le peu de temps qu’il me reste dans une journée, je me fais dorénavant le devoir de choisir des occupations qui me passionnent et qui conviennent à ma profession temporaire de maman-à-la-maison, tout en recherchant la compagnie de personnes avec qui j’ai réellement du plaisir.

Quoi qu’il en soit, la complexité passagère de ma vie représente une épopée des plus enrichissantes qu’il me soit arrivé de vivre jusqu’à présent. En m’obligeant à faire un peu de ménage dans ma vie et à me familiariser avec le concept de gestion de temps, ce manque de temps aura été bénéfique pour ma famille et moi. Avant d’avoir des enfants, la gestion de mon temps était assez simple, merci! Pas de casse-tête pour trouver le meilleur moment de la journée pour prendre ma douche, ni de savants calculs pour trouver comment faire un peu d’exercice ou encore voir mes amies… ma vie était à sa plus simple expression. Aujourd’hui, avec trois rejetons greffés littéralement à mon cœur, à ma tête et à mon corps, ma vie se joue plutôt à l’impératif présent.

C’est d’ailleurs grâce à une amie, qui est également psychothérapeute et dont une des spécialisations est d’aider les femmes à prendre du temps pour elles-mêmes, que j’ai beaucoup réfléchi quant à la gestion de MON temps à moi. Elle m’a aidée à y voir plus clair dans les tic-tacs, tic-tacs qui m’appartiennent vraiment dans une journée déjà bien remplie! Ensemble, on a d’abord fait l’inventaire de chaque minute d’une journée dite normale.

Ô surprise(?), j’ai rapidement constaté qu’il ne me restait pas énormément de temps pour moi… mais il en restait quand même (fiou!). À partir de ce constat, j’ai dû prendre des décisions quant aux activités que je désirais faire en déterminant lesquelles cadraient réellement dans mon horaire quotidien.

Non seulement cette prise de conscience allège ma vie mais elle me fait également apprécier à 200% mes petits moments juste à moi. Je les déguste avec joie à chaque fois qu’ils passent et je ne me sens pas frustrée de devoir cesser une activité car je SAIS que j’aurai à nouveau le temps pour la poursuivre plus tard. Ça peut vous sembler bien simple et anodin, mais essayez de faire l’exercice sérieusement et vous me reparlerez des résultats bénéfiques que cela engendrera sur votre mental de maman-à-la-maison! Essayer, c’est l’adopter!

Trois professeurs si dévoués pour une seule élève, c’est un univers de bonheurs renouvelés, de moments plus difficiles et intenses, d’apprentissage constant et surtout, de profonde humilité. Je remercie de tout mon cœur, mes petits professeurs adorés pour leurs enseignements quotidiens si précieux!

Merci à vous mes amours de faire de moi une meilleure personne à chaque jour.

Publicités
3 commentaires leave one →
  1. Julie Lamoureux permalink
    15 octobre 2008 19:09

    Chère Manon, Tes articles sont toujours si intéressants et inspirants… mais je vais être honête, tu sembles être si ‘en contrôle’ avec le rôle de maman… que cela me donne l’impression d’être la seule à trouver les journées parfois longues et difficiles avec… JUSTE UNE ENFANT à mes côtés! ;o) Comment est-ce possible pour toi d’être toujours si calme, contrôlée, avec trois petits amours, et tout le tralala… quand j’ai de belles montées de lait avec une, qui est, soit dit en passant, SUPER BONNE ENFANT en plus …!! hihi!Je te lève mon chapeau chère copine!

  2. M comme...Maman (entre autres!) permalink
    20 octobre 2008 17:46

    coucou mon amie Ju! Mon texte peut paraître un peu  »à l’eau de rose » mais c’est vraiment comme ça que je me sens et que ça se passe en ce moment! C’est pas toujours facile à tous les jours! Mais, rendue à mon troisième enfant, j’ai un sentiment d’urgence en moi qui m’incite très fort à déguster chaque instant car ça passe TROP vite!! Alors, quand c’est plus difficile, je garde en tête qu’un jour, je serais nostalgique des moments où mes enfants étaient petits! Ventiler auprès de mes amies m’aide aussi énormément!Bizous,Manon

  3. Julie permalink
    22 octobre 2008 18:52

    Oh, je te CROIS que c’est comme ça que ça se passe ;o) hihi, c’est pourquoi je t’en félicites…tu es bonne et je ressens comme toi cette tristesse à la pensée de ne plus avoir ‘ma seule bébé’ à mes côtés jours et nuits sous peu mais je dois t’avouer que je trouve tout de même difficile certaines journées ou même semaines. Tu as raison, cela ferait du bien d’avoir plus d’amies ‘proches dans la même situation’!BisoussssssJu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :