Skip to content

Pourquoi j’ai voulu apprendre à coudre, à tricoter, à broder, à cuisiner, à jardiner…

21 janvier 2009
Toute jeune, j’ai vu ma mère coudre. Elle cousait de petits trucs pour nous, pour réparer des vêtements, pour nous vêtir et habiller nos poupées.

Lorsqu’elle s’assoyait à sa machine à coudre, la magie s’opérait. Le bruit de la machine en marche, les tissus qui jonchaient le sol et les trésors qui en résultaient ont peuplé mon enfance.

Quel bonheur de m’endormir avec mon petit oreiller-doudou fabriqué à partir du tissu d’une vieille robe de chambre de ma mère! Quelle fierté de porter les vêtements uniques dont maman venait de me confectionner juste pour moi et dont j’avais choisi le tissu et les appliqués! Quel enchantement que de transporter partout avec moi la petite pochette zippée que maman m’avait fait à partir d’un vieux chandail et dans laquelle était caché un tout petit album photo rien que pour moi!

Ces souvenirs sont profondément ancrés dans mon coeur. J’ai d’ailleurs toujours en ma possession ma pochette à minialbum photo et les sentiments qui m’habitent lorsque je la prends sont les mêmes que lorsque j’étais petite.

Est-ce que tout ce que ma mère faisait était parfait, droit, dans les meilleurs tissus au monde? Non. Mais dans mon coeur de petite fille, je n’aurais rien souhaité de mieux que ce que ma mère créait pour moi. Avec tout son amour.

Même chose dans la cuisine. Que ça faisait du bien de rentrer dans la maison où l’air sentait bon la cuisine maison! C’était sécurisant.

Lors de ma troisième grossesse, j’ai ressenti une forte pulsion pour renouer avec les arts manuels comme la couture, le tricot et la broderie.

Avec mon bedon rond, j’ai transporté ma machine à coudre (et le meuble) pour prendre des cours de couture. J’ai aussi demandé à ma mère de me montrer à tricoter. Je voulais faire une doudou en tricot pour ma fille. Je l’ai commencée et ma mère l’a terminée. Mais elle est magnifique. Parfaite, avec ses petits trous, là où mes mains avaient fait leur travail quelque peu maladroit. Mais avec amour!

Aujourd’hui, je ne peux vous décrire la joie que je ressens lorsque mes deux garçons me demandent de coudre. Ils aiment entendre le moteur de la machine, me voir coudre les tissus ensemble et constater les résultats!

Quel bonheur que de suspendre la guirlande que j’ai faite pour les anniversaires des membres de la famille! Cette guirlande n’est pas une oeuvre d’art, mais elle est significative pour nous. Elle a été faite dans des tissus que j’avais depuis un bon moment. Elle sera suspendue joyeusement à chacun de nos anniversaires et sera témoin de nos moments de célébration en famille. Lorsque je l’ai suspendue pour la première fois, mon petit G dont ce sera l’anniversaire bientôt, était tellement content! Des étoiles brillaient dans ses yeux. Il retournait la déguster des yeux toutes les cinq minutes et s’exclamait devant elle : comme c’est beau!

Idem pour les pochettes à album photo que j’ai fait pour Noël.

Attendez que G voie sa doudou et l’oreiller que je lui confectionne pour son anniversaire!

Je tricote présentement – lentement, un rang à la fois, comme je le disais – un foulard. Juste pour le plaisir de tricoter, de travailler avec mes mains. J’aime beaucoup le plaisir que cela me procure et tout particulièrement lorsque mes petits sont autour de moi. On chante, on jase, on rit pendant que la laine file sous mes doigts de moins en moins engourdis! J’aime.

Le soir, avant de me coucher, je feuillète mon livre de broderie et je me détends en imaginant toutes les belles choses que je broderai dans un avenir pas si lointain. Je broderai des choses pour notre famille. Des choses qui resteront dans la famille et qui auront une signification pour nous. Je le ferai avec…amour!

Depuis l’arrivée de mes petits dans ma vie, j’ai réalisé que le rôle de mère est bien plus qu’une fonction, bien plus qu’une dénomination. Devenir maman m’a permis de découvrir une nouvelle dimension à l’amour. Être une maman, c’est aimer un petit être à une profondeur et dans une ampleur qui lie pour toujours nos destinées. La maternité a bouleversé non seulement mon corps, mais mon esprit aussi. J’ai le goût de créer pour eux. J’ai le goût de laisser ma marque non pas dans la performance, mais dans la créativité.

Voilà pourquoi j’ai décidé d’apprendre à coudre, à tricoter, à broder, à cuisiner, à jardiner…

Publicités
10 commentaires leave one →
  1. Nathalie permalink
    21 janvier 2009 20:04

    Magnifique écrivaine, va! Tu trouves les mots justes, ceux qui sont dans mon coeur mais qui ne se transmettent pas à mes mains 😉 J’adore ce texte… et idem pour ma part. Les enfants adorent passer du temps dans mon atelier, ils le trouvent magique. Je suis convaincue que plus tard, ils diront: te souviens-tu quand on allait voir maman en bas et qu’on bricolait tout de sorte de petits trésors? Te souviens-tu de nos dessins accrochés sur les murs, de ses fils multicolores, des albums que nous regardions assis par terre, des boutons et des bouts de tissus qu’on ramassait ici et là pour créér nous aussi? Le temps s’arrêtait et nous vivions au rythme de notre imagination….

  2. catherine permalink
    22 janvier 2009 03:09

    J’abonde ABONDAMMENT dans le sens de Nathalie. T’es notre fée-marraine à nous!!! C’EST ÇA:: l’amour du geste dans chaque parcelle des actions que nous menons pour  »embellir » la maisonnée et la vie de nos enfants. C’EST inévitablement ce qui VA RESTER marquer en eux. Je me rappelle très bien des transferts d’images que ma mère a fait éparpillée sur la table de la cuisine. De voir mon père fabriquer des lampe en vitrail, de LE voir coudre un revêtement en feutre vert pour notre PREMIER ordinateur, de le voir faire du sirop d’érable…

  3. Sophie permalink
    22 janvier 2009 13:09

    Tu m’as donné des frissons en te lisant! C’est vrai quee tu écris vraiment bien!! J’adore ton blog!

  4. Marie-France permalink
    22 janvier 2009 13:10

    Tu es vraiment inspirante…merci pour ce magnifique texte!

  5. Martine permalink
    22 janvier 2009 13:11

    Tellement vrai tous ces commentaires! Je signe!

  6. Delphine permalink
    22 janvier 2009 13:11

    Je me suis reconnue dans ton texte. Je me suis retenue pour ne pas pleurer en le lisant…Merci!!

  7. Dr Maman permalink
    22 janvier 2009 13:44

    J’ai découvert ton blog par l’entremise d’un commentaire que tu as fait chez Mère Michèle. Je n’ai pas cette aisance avec tissus et fils, j’aimerais beaucoup par contre… Mais comme toi, maman à la maison, je m’efforce de créer un univers de tendresse et de beaux souvenirs pour mes enfants. Je reviendrai te lire….

  8. La Mère Michèle permalink
    22 janvier 2009 14:34

    Ce que j’ai vu dans ce message, c’est ta mère, qui t’a si bien entourée que te voilà si bien outillée à ton tour pour répandre la magie, la beauté, toutes ces attentions qui créent la sécurité affective et tout. Très beau!

  9. Maman unetelle permalink
    22 janvier 2009 19:06

    Aah! Que ce texte me rappelle mon enfance! Ma mère qui tricotait, cuisinait, cousait…Que de beaux souvenirs! Et que de belles connaissances elle nous a légué, nous ses filles! Il ne faut pas que ça se perde! Bravo!

  10. Eve permalink
    23 janvier 2009 16:46

    Moi-aussi, j’ai beaucoup aimé ton texte, car je m’y suis reconnue! Depuis que j’ai des enfants, j’ai le goût de créer pour eux, apprendre à faire des nouvelles choses pour leur laisser des souvenirs « maisons ».(En passant, merci d’avoir laissé un commentaire sur mon blogue, ça m’a permis de découvrir le tien!)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :