Skip to content

Je suis riche!

29 janvier 2009
Depuis que je passe la grande majorité de mon temps avec mes enfants, bien que j’aie tiré un trait sur mon salaire-sécurité-avantages sociaux, je ne me suis jamais sentie aussi riche qu’aujourd’hui.

Pourquoi?

J’ai maintenant une richesse inestimable entre les mains: le temps! J’ai le temps de prendre tout mon temps pour faire l’épicerie en compagnie des enfants durant la semaine, le temps d’aller jouer dehors souvent, le temps de faire moi-même l’aménagement paysager de notre terrain, le temps de cuisiner, le temps de me faire de nouvelles amitiés et de les entretenir, le temps de voir mes enfants grandir et évoluer, le temps de faire une sieste en même temps qu’eux si la nuit n’a pas été bonne, le temps de coudre, de tricoter, d’écrire, le temps de faire tout ce dont j’ai envie de faire durant la semaine et ce, en évitant les files d’attentes des fins de semaines.

Bref, je peux maintenant prendre du temps pour bien vivre.

Si j’avais pris la décision de retourner au travail à temps plein et d’aller porter mes enfants à la garderie, j’aurais non seulement perdu toute cette richesse mais en plus j’aurais sacrifié tous leurs beaux souvenirs d’enfance, qu’ils ne demandent qu’à partager avec leurs parents.

J’aurais perdu l’occasion d’apprendre à leurs côtés et je ne serais pas la même maman qu’aujourd’hui. Le temps passé avec eux m’a façonné de manière positive et ma vie a trouvé un sens magnifique voire même magique.

Le fait d’être présente auprès de mes rejetons me permet également de leur montrer comment agir dans les endroits publics. Faire l’épicerie en compagnie d’un petit bonhomme de presque 3 ans qui marche à côté du panier et d’un bébé de presque 6 mois pourrait facilement devenir une histoire d’horreur si nous étions un samedi après-midi bondé de monde et que je n’avais que 30 minutes devant moi pour faire l’épicerie pour toute la semaine.

Heureusement, ce n’est pas le cas.

Un mardi matin, l’épicerie est relativement calme et nous avons tout l’avant-midi devant nous pour nous pratiquer. Nous allons donc faire nos achats au rythme des découvertes de fiston, des petits ouak de la maman canard qui rappelle son caneton à l’ordre sans crier, et, comme par enchantement, notre aventure au pays de la canne de soupe et du surgelé se veut des plus agréables.

Sans le savoir, mon petit G est à l’école de la vie et il apprend de façon agréable en ayant l’occasion de célébrer de petites victoires que je lui souligne au fil des allées du supermarché.

C’est génial d’avoir le temps de le faire et d’être près de lui pour lui apprendre ce genre de chose. Il apprend également que l’on peut jouer avec les jouets du magasin sans que nous ayons à lui acheter le magasin au grand complet pour éviter la crise lorsqu’il est temps de partir. Tout se fait dans la douceur et l’harmonie car cela n’est pas fait comme une course contre la montre, ni dans une foule monstre, ni lorsque ti-loup aurait besoin de faire une sieste. Et nous avons fait la même chose pour A et nous le ferons également pour O.

Ce n’est, en aucune façon, un salaire qui aurait pu m’apporter tant de bonheur. Au contraire! Cet argent aurait fait de moi une esclave qui manque de temps pour tout et surtout pour mes enfants! Je suis bien fière d’avoir pris la décision de sortir de ma prison dorée pour aller à la rencontre de ces petits êtres…

Avoir le temps de prendre ses enfants dans ses bras, les bercer, rêver avec leux, les voir se développer, songer à ce qu’ils deviendront plus tard, est une véritable richesse…

Publicités
5 commentaires leave one →
  1. Véro permalink
    29 janvier 2009 14:04

    Je me retrouve beaucoup dans ton billet, car tel est le choix que j’ai fait pour ma famille. Mon fils m’a changée pour le mieux. En fait, il m’a appris à « vivre ».Quelle richesse!

  2. catherine permalink
    29 janvier 2009 16:17

    ça y’est, j’imprime cette chronique et je l’encadre… merci. @+

  3. caro4boys permalink
    30 janvier 2009 05:34

    Merci de dire en mots ce que je pense depuis plusieurs mois…

  4. imaginationinparenting permalink
    30 janvier 2009 14:33

    wow — tu parles d’un beau texte… J’dois dire qu’avec 2 enfants de 2 ans — je n’ai pas toujours les mêmes sentiments envers le temps — surtout parce que beaucoup de mes tâches sont faite vite pour que je puisse les faire! On dirait qu’il me manque presque toujours de temps!!! MAIS — je suis completement de la même page au niveau de « l’école de la vie » — j’adore avoir cette chance asser rare de nos jours!!

  5. Florence-Élyse permalink
    10 mars 2009 19:03

    Tout à fait inspirant!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :